Mère JAH, Educatrice et activiste installée au Bénin est la gagnante de la “Miva African Award” du 15 Décembre 2016 sur Mivasocial.

Le 15 Avril 1997, la famille française JAH de la Guadeloupe débarquait au Bénin, la terre d’où ses ancêtres auraient été déportés. « Les médias européens nous avaient donné trois mois pour repartir en Guadeloupe », déclarait toute émue Mère JAH, comme on l’appelle affectueusement au Bénin.
Bientôt vingt ans, elle n’a pas regretté sa décision de suivre son mari, le Père JAH, leurs quatre enfants et quelques-uns de leurs neveux, abandonnant les nombreux privilèges que leur offre la nationalité française.

mere-jah-african-person-of-the-day-on-mivasocial

Aujourd’hui, Mère JAH anime dans la forêt de Pahou dans la commune de Ouidah, une école primaire alternative destinée aux enfants issus du milieu rural, dont les fondements sont l’agriculture biologique et l’histoire panafricaine. Sa mission: former des êtres conscients et fiers de leur héritage d’Africains.
Sidéré par la réussite de son projet d’éducation social au Bénin, le comité de Mivasocial African Award l’honore ce jour à travers “Miva African Award”.

Suivons ici quelques propos Mère JAH concernant l’éducation alternative qu’elle prône:

“Nous avons une école qui a commencé avec 6 élèves et qui, cette année 2016 en a 136. C’est une école primaire mais la grande particularité, c’est qu’au programme national, nous avons ajouté des matières essentielles. La première, c’est l’agro-écologique c’est-à-dire l’agriculture qui respecte la nature parce qu’il est inconcevable qu’en Afrique, parce qu’on apprend à lire et écrire, et parce qu’on a maintenant un bic, on laisse tomber ce qui est essentiel: la terre. Dans notre école, l’agriculture est enseignée, même aux tous petits. Ils sont du secteur rural et je ne veux pas que le fait d’aller à l’école maintenant fasse qu’ils se mettent à mépriser ce qui est indispensable pour chacun de nous. On ne peut passer toute sa vie à aller chez l’avocat, chez le dentiste mais on a tous besoin chaque jour de l’agriculture, du paysan, et ça, c’est fondamental.
Pourquoi j’insiste là-dessus? Parce que nos élèves sont maintenant conscients que leurs parents sont des bienfaiteurs pour toute l’humanité. Au lieu d’être complexé, ils sont fiers et c’est ce qui à mon avis explique qu’il y a aussi l’histoire panafricaine. Les enfants de notre école connaissent Malcom X, ils connaissent Martin Luther King, ils connaissent Patrice Lumunba, Sankara; donc ils savent qu’ils appartiennent à une histoire prestigieuse où être grand ne veut pas dire être un bandit qui est allé voler la terre des autres ou exterminer le peuple qui ne demande rien que de vivre en paix. Donc, ils savent cela.
A cause de cela, quand ils vont à l’examen, parce qu’ils ont confiance en eux, ils réussissent.”

Mivasocial Africa - Comments

Responses

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

  1. CHABI Rafiou

    Pour une rasta, c’est une femme très clean. Très originale dans son style. Très ouverte, elle veut toujours partager ces connaissances surtout dans le domaine naturel. Du courage mère Jah